Conférence-Débat le jeudi 1er mars 2001 avec Michel MONTIGNAC

Communiqué de presse du 12 février 2001

Montignac

Michel MONTIGNAC sera en Belgique le jeudi 1er mars 2001 au Centre Culturel d'Auderghem où il fera une conférence-débat et dédicacera ses ouvrages. Ce sera la seule conférence-débat de Michel MONTIGNAC en Belgique en 2001, bref une exclusivité pour la Belgique.

Celui-ci aura ainsi l'occasion de redéfinir son message nutritionnel à la lumière des dernières découvertes à tous ceux qui souhaitent profiter de ses conseils et ainsi résoudre définitivement leur problème de poids.

Au cours de cette rencontre, il parlera aussi de son nouveau livre " Bien manger pour prévenir les maladies du cœur " publié chez Flammarion, qui s'inscrit dans la continuité des précédents.
2. Présentation de la méthode MONTIGNAC
Toutes les études montrent aujourd'hui que la prévalence de l'obésité est en constante augmentation dans l'ensemble des pays industrialisés, et ce, malgré une très nette diminution des apports énergétiques dus, entre autres, à une baisse de la consommation des graisses.

Cela montre que contrairement à ce que l'on a cru pendant longtemps, il n'y a pas de corrélation entre la corpulence d'une population et le niveau de ses apports caloriques.

Michel MONTIGNAC avait déjà clairement souligné ce paradoxe il y a une quinzaine d'années à partir de ses propres observations. Et c'est pourquoi il fustigea les régimes hypocaloriques dont il a toujours dénoncé l'inefficacité et les dangers.

Il fut par ailleurs l'un des " pionniers " à montrer que le " qualitatif " de l'aliment est de loin beaucoup plus déterminant que le " quantitatif " dans la survenue de la prise de poids. En d'autres termes, on ne grossit pas parce que l'on mange trop mais parce que l'on mange mal. Il a en effet toujours soutenu que c'est la nature même de l'aliment (en termes en contenu nutritionnel) qui induit des mécanismes métaboliques, et notamment des sécrétions hormonales conduisant ou non à la prise de poids.

Chaque aliment doit donc être classé en fonction de ses effets métaboliques potentiels. C'est ce qui a été fait notamment pour les glucides (céréales, féculents, sucres) que l'on classe désormais en fonction de leur propension à élever la glycémie et indirectement à induire une sécrétion d'insuline, laquelle, si elle est excessive (hyperinsulinisme), conduit à la prise de poids.

La Méthode MONTIGNAC est donc essentiellement basée sur le choix des aliments et tout particulièrement sur le choix des glucides en fonction de leur index glycémique.

Mais les innombrables témoignages recueillis pendant des années par ceux qui perdaient du poids avec MONTIGNAC faisaient aussi état d'effets secondaires bénéfiques (diminution du cholestérol, de l'hypertension artérielle, des triglycérides, du diabète…).

Il faut dire que MONTIGNAC avait toujours soutenu que les graisses, véritables têtes de turc de la diététique officielle depuis deux décennies, étaient beaucoup moins impliquées dans l'obésité et les risques cardio-vasculaires que les glucides à index glycémiques élevés quand elles sont choisies à bon escient.

Or, il se trouve que depuis quelques années, ses hypothèses ont fait l'objet de nombreuses validations scientifiques.

D'éminents chercheurs comme le Pr DUMESNIL au Canada qui a personnellement bénéficié des conseils nutritionnels de Michel MONTIGNAC pour résoudre son propre problème de poids, ont démontré que non seulement la Méthode MONTIGNAC était particulièrement efficace et durable pour maigrir, mais surtout qu'elle constituait un remarquable facteur de protection des risques cardio-vasculaires (étude présentée au Congrès de l'obésité de Paris en août 1998).

D'autres scientifiques dans le monde et notamment le Pr W. WILLET aux USA ont non seulement par leurs publications confirmé la thèse défendue par MONTIGNAC, mais vont encore plus loin. Leurs travaux montrent en effet que les glucides à index glycémiques élevés sont bien impliqués dans la prévalence de l'obésité, mais aussi du diabète et peuvent constituer un réel facteur de risques sur le plan cardio-vasculaires.

La Méthode MONTIGNAC lancée en 1986 et qui s'est traduit par un immense succès éditorial (près de 12 millions de livres dans 35 pays) est donc plus que jamais d'actualité.


Danielle CARON.