Le projet est bloqué ! - Conseil Communal du 20 mai 2005

C'était la foire totale au Conseil Communal. Danielle Caron et l'opposition bloquent tout. L'extension n'est pas morte mais sérieusement retardée.

Grandira, grandira pas ? Le projet d'extension de la maison communale (construite en 1939 par Joseph Diongre, à qui l'on doit le "Paquebot" de la place Flagey) est remis en cause. Jeudi soir, au Conseil Communal, dans une foire d'empoigne indescriptible (du jamais vu à Woluwe), la majorité désormais minoritaire a dû se plier au diktat de l'opposition : le projet actuel d'agrandissement de l'hôtel communal est retiré.

La fin d'une époque (celle d'un Georges Désir au-dessus de la mêlée) ? Le spectacle offert jeudi soir le laisse croire. L'extension de la maison communale est "le" grand dossier de la législature à Woluwe, avec l'"Escargot" (le Village culturel, dont la forme, sur un plan, rappelle furieusement le gastéropode), en construction.

Mais comme l'Escargot, le dossier de l'hôtel communal est controversé. Le projet d'extension est défendu bec et ongles par l'échevin de l'urbanisme Daniel Frankignoul et le bourgmestre Georges Désir. Il consiste à doubler la superficie de bureaux (5.000 m² en plus) en sous-sol, afin de ne pas toucher au bâtiment classé (1995). Le projet a été dessiné par l'association Roose-Bagon qui a déjà réalisé les études. La commune a introduit un permis d'urbanisme. L'avis de la commission de concertation est prévu pour le 2 juin.

Le projet est violemment rejeté par les riverains de la place du Tomberg, ce qui n'a pas échappé à l'opposition (groupe Caron, Iris, les verts et le PS) qui veut aussi évaluer précisément son impact sur les finances. Elle estime que son coût (7,5 millions) conjugué à celui de l'Escargot (21,8 millions d'euros) menacent la santé financière communale. Et Danielle Caron, désormais leader de l'opposition, de faire remarquer que la commune est en déficit au budget ordinaire en 2005.

Toujours est-il que jeudi, après deux interruptions de séance, l'opposition a gagné : le projet est retiré (les riverains de la place du Tomberg ne s'en plaindront pas). A terme, souligne Daniel Frankignoul, il n'est pas enterré, mais sera modifié. Douteux toutefois qu'il voie le jour avant la fin de cette législature...

Quant au bourgmestre, il est furieux : il jure que les finances vont bien (un boni de 4,7 millions d'euros au cumulé) et que ce retrait va pénaliser fonctionnaires et habitants de Woluwe


FRANÇOIS ROBERT -
http://www.lesoir.be - vendredi 20 mai 2005, 02:00