Question parlementaire


Parlement bruxellois

Diffusion de Télé-Bruxelles

Interpellation à Monsieur Charles Picqué, Ministre-Président du Gouvernement et de la Région de Bruxelles-Capitale et à Monsieur Guy Vanhengel Ministre de la Région de Bruxelles-Capitale chargé de l’informatique, relative à la diffusion de la chaîne de télévision régionale francophone, Télé-Bruxelles sur Internet.

Le 18 octobre 2005


Monsieur le Ministre-Président,
Monsieur le Ministre,

Télé-Bruxelles, notre télévision régionale francophone fêtera ses 20 ans en décembre prochain.

Si je laisse à d’autres le soin d’établir un bilan de ces vingt années de présence médiatique, il me semble important d’attirer votre attention sur des problèmes récurrents de diffusion.

Nul n’ignore que les câblodistributeurs des communes, qui encerclent la région de bruxelles-Capitale, se refusent à diffuser Télé-Bruxelles sur leurs câbles.

C’est d’ailleurs incroyablement le cas dans les communes à facilités.

Pour passer outre cette décision, le signal Télé-Bruxelles a été émis en hertzien et est donc, en principe captable par une antenne de télévision dans un rayon de 30 km autour de Bruxelles.

Des francophones résidant à Zellik, à Rhode-Saint-Genèse et à Beersel m’ont en effet fait part de leurs difficultés répétées de réception du signal de Télé- Bruxelles.

Au moment où les opérateurs de télévision passent au numérique, ne serait-il point opportun de modifier ou de remplacer l’émetteur de Télé-Bruxelles, tout en renforçant sa puissance d’émission ?

Une autre solution techniquement tout aussi valable consisterait à faire monter Télé-Bruxelles sur l’un ou l’autre des satellites qui couvrent l’Europe. Cela donnerait à Télé-Bruxelles une diffusion plus grande, à l’échelle des francophones d’Europe (France, Luxembourg, Suisse…) comme à celle des francophones habitant en dehors de l’espace de la Communauté française Wallonie-Bruxelles. Ce service étendu toucherait alors bien évidemment les nombreux bruxellois retraités établis dans le Sud de la France et en Espagne.

Si le coût de cette option vous semble peu envisageable pour l’instant, à défaut, il serait peut-être opportun de se pencher rapidement sur la question.

Le nombre d’antennes satellites présentes dans la Région de Bruxelles-Capitale démontre bien que cette technologie de diffusion est en pleine expansion et que son coût a été fortement réduit.

Force m’est de poursuivre cette longue question par plus qu’un étonnement relatif à la diffusion de Télé-Bruxelles et ce, pour le réseau Internet mondial. En effet, depuis plusieurs mois, Télé-Bruxelles et sa consœur néérlandophone « TV Brussel » sont diffusées sur Internet.

C’est, faut-il, le rappeler, une manière de contourner le mur de la honte électronique, le « gordel numérique » que les câblodistributeurs flamands ont élevé autour des 19 communes de la Région de Bruxelles-Capitale.

Il existe par le monde entier plusieurs milliers de télévisions (de tous les pays, de tous les genres, de toutes tailles et de toutes importances) disponibles sur le world wide web. (www). Il suffit de se raccorder à un http://wwww adéquat pour suivre en direct une émission de télévison sur le net !

Mais ce n’est pas le cas pour Télé-Bruxelles, alors que la plupart des télévisions diffusent en direct sur Internet, Télé-Bruxelles elle, ne peut se voir qu’en différé. Il est également à constater que ce différé dépasse souvent plus de 24h00 !

Renseignements pris, Il apparaît que le journal de Télé-Bruxelles est réalisé en direct de 18h00 à 18h15 et est transmis immédiatement au CIRB qui gère le site de Télé-Bruxelles en direct.

Le journal de Télé-Bruxelles du jour devrait donc être disponible à 18h16.

En réalité, si le citoyen surfe sur le site précité, celui-ci constatera que le journal n’est pas disponible avant la soirée du lendemain. C’est une situation totalement inadmissible pour Bruxelles, capitale de l’Europe.

Notons aussi, que la technique a tellement évolué que l’étape mentionnée ci-dessus peut être évitée, en d’autres mots, le « life streaming » (processus d’envoi continu de vidéo ou de son sur Internet) autorise aujourd’hui la diffusion d’émission de télévision en direct sur le net, ce qui signifie que l’émission du journal de Télé-Bruxelles de 18 heures en télévision peut être diffusée sur Internet à la même heure.

Pour notre information, cette technologie est déjà appliquée au parlement européen pour suivre les débats (1). Cette technique est également utilisée à la Chambre et au Sénat.

(1) http://epweb.streampower.be/webstream/setprofile.php?stramid=&interfacelang=fr

La diffusion en direct et en temps réels de Télé-Bruxelles est donc une possibilité qui s’offre à nous.

Devant ce constat, il est bon de s’intéresser à savoir pourquoi Télé-Bruxelles en est toujours à un processus aussi archaïque. Peut-être, pourriez-vous nous donner une autre explication, que celle recueillie via les premières informations reçues. Il m’est rapporté :

1) Que TV-Brussel ne serait pas techniquement capable de fournir son signal vidéo au CIRB. Dès lors, histoire que Télé-Bruxelles ne soit pas en avance de 24 heures sur sa consœur, toutes les deux sont mises en différé imposé.

2) Qu’après 18 heures, vu les horaires du personnel du CIRB, il serait impossible de charger le journal sur le net.

Est-il possible que ces arguments soient les bons ? Je terminerai en me permettant de vous poser une seule question, Monsieur le Ministre-Président, Monsieur le Ministre, quand peut-on espérer visionner un journal de Télé-Bruxelles en direct sur Internet ?

Je vous remercie pour votre réponse.

Danielle CARON
Députée bruxelloise.