Conseil Communal du 28 février 2007

Petite mise au point, note de politique générale et suite du dernier conseil

Puisqu’il s’agit d’un conseil spécial, je vous propose un compte-rendu complet, très instructif sur le devenir des 6 prochaines années dans la commune. Pour rappel, ce conseil communal supplémentaire était prévu comme à l’habitude à 19h00 lorsque quelques jours auparavant CAP Woluwe décida de convoquer un conseil spécial à 18h59 avec à l'ordre du jour : l'attitude autoritaire et subjective du bourgmestre, le non-respect de la loi communale, le manque de transparence dans l'organisation des votes, le manque d'objectivité dans les prises de parole et le refus d'attribuer la parole aux conseillers de l'opposition.. Mais ce n’était pas sans compter les petites astuces du Collège qui programma à nouveau l’heure du conseil à 18h pour museler l’opposition (CAP). A 18h donc le conseil spécial commença par l’approbation du PV du conseil communal précédent. Approbation difficile puisqu’il fallut une heure pour rectifier quelques énormités dans l’interprétation des échanges du dernier conseil. Ensuite le président repris les points à l’ordre du jour du dernier conseil là où il les avait laissés (pour rappel, le dernier conseil s’est terminé à 1h30 du matin !). Après quelques points concernant des abattages d’arbres, du vandalisme sur une grille de trop-plein située sur un terrain privé, … Alain De Plaen (CAP-CDH) demanda à entamer les points demandés par l’opposition suivant la demande de réunion de 18h59. Le Président ne tint pas compte de cette demande et embraya sur l’interpellation du conseiller Dereppe (LB-FDF) sur les barrières Nadars autour de l’église St-Henri qui posent des problèmes de parking dans le quartier. Ce conseiller ferait bien de venir un peu plus souvent dans le quartier, car les barrières ont été ôtées depuis une semaine ! Le Bourgmestre répondit à propos de la santé du coq et de la situation complète de l’édifice. Il annonça fièrement que ce sont les alpinistes de la réparation de l’Atomium qui sont venus l’inspecter et qu’il attend leur rapport. En outre, il expliqua qu’il était en contact avec le conseil de la fabrique d’Eglise, lequel essaie de faire passer un dossier (740.000 EUR) pour la restauration des pinacles depuis une dizaine d’années au Monuments & Sites. Enfin, il déclara que si urgence il y a, les travaux seront engagés en urgence. Alain De Plaen (CAP-CDH) se dit inquiet et, en tant qu’ingénieur, il explique que ce n’est pas avec des échafaudages verticaux que l’on soutient latéralement des blocs de 100 kg ! Il y a donc un risque pour les passants et les fidèles. Ensuite, le conseiller de Maere (LB-CDF) demanda lui-même de postposer sa « Motion sur l’avant-projet de décret de la Communauté Française concernant les inscriptions et changements d’école dans l’enseignement obligatoire ». En effet le matin même ce décret était voté à la Communauté française (C’est la grenouille qui veut se faire plus grosse que le boeuf !). Jean-François Thayer (CAP-CDH) indiqua par ailleurs que cela n’avait rien à voir avec les compétences de la commune. Le point suivant du même conseiller de la majorité et dont le titre n’est pas vraiment précis : « Motion sur les tests de lecture imposés par la Communauté Française dans l’enseignement primaire et secondaire » retiendra un échange soutenu et une conclusion. Il s’agit des fameux textes proposés par la Communauté Française (un peu trop emprunts de violence !). Alain De Plaen (CAP-CDH) répondit à nouveau que ce n’est pas vraiment le lieu pour discuter de ce type de problème et rejoint JF Thayer sur ce point. Bernard Fincoeur (CAP-Ecolo) est d’accord également, mais il ajoute que la commune ne peut agir que sur les écoles communales. De plus pour obtenir un comparatif correct il est nécessaire de garder le même texte partout. Anne Broche (CAP-PS), mais tourneuse de veste, car faisant partie de la majorité LB déclare faire confiance aux enseignants sur leurs méthodes d’apprentissage. Quant à Francine Bette (CAP-CDH), celle-ci demande de se mobiliser et de se battre contre la violence et le trop plein d’images de violence. Enfin, Monique Louis (Echevine de l’enseignement) explique qu’en effet le choix du texte n’est pas très heureux et qu’elle met en doute les conditions d’applications concernant : la remise des textes, le délai d’explications, le mode d’emploi et les corrections. Il y a donc des choses à revoir de même sur le vocabulaire et la qualité du texte. Elle est prête à en discuter en commission. C’est Pierre-Alexandre de Maere (LB-CDF) qui revient en disant qu’il est d’accord avec Francine Bette (CAP-CDH) sur la mobilisation contre la violence et l’image de la violence. Enfin la motion est finalement renvoyée pour discussion en commission.
Il est près de 21 h lorsqu’on entame enfin le point important de la soirée : la note de politique générale. D’emblée, le bourgmestre explique qu’il ne s’agit pas du budget 2006 (lapsus révélateur ?). Il explique que c’est la ligne de conduite et les objectifs pour les 6 années à venir. Un contexte général suit dans lequel le bourgmestre parle de menace sur l’autonomie des communes bruxelloises de la part du nord du pays (sic !). Heureusement, un peu plus loin vient une priorité importante : celle de la qualité de vie de la commune et de ses habitants. Il parle également d’éthique, des principes de bonne gouvernance, de la participation des citoyens, une commune sociale active et de la réévaluation des taxes. Enfin il propose de discuter d’une manière générale, puis de point par point et distribue la parole à tour de rôle opposition puis majorité.
La première intervention est de Michel Lemaire (CAP-CDH) qui dénonce les grands mots à la mode comme éthique, transparence,… alors que ceux-ci ne sont pas respectés dans le chef de la majorité. Un exemple : les nominations pour les commissions, soi-disant à la proportionnelle, où surtout Danielle Caron (CAP-CDH), ainsi qu’Izabelle Kesrewani (CAP-CDH) et Beranrd Fincoeur (CAP-ECOLO) ont été mal traités à cet égard. Il enchaîne sur le budget du CPAS qui a été refusé la veille au soir (ce qui n’est plus arrivé depuis 1945 !). Donc la majorité propose une commune sociale active sans budget ! Enfin, les propositions « bateau » telles que le renforcement de la police, des bassins d’orages sans ou avec peu de subsides, … Il termine son intervention par quelques points sur lesquels il est d’accord tels que plus de stewards, plus de propreté, ouvrir le journal communal aux habitants de la commune.
La deuxième intervention est celle de Georges Désir (LB-FDF), ancien bourgmestre pendant plus de trente ans et aujourd’hui conseiller communal. Pour lui, il n’y a pas lieu d’augmenter ou de diminuer les impôts, car selon les statistiques de la veille sur la population de l’agglomération Bruxelloise, celle-ci augmente dans toutes les communes y compris WSL qui est une commune riche. Il est d’accord sur le fait d’avoir plus de stewards et une décentralisation dans certains points de la commune, mais où ? Pour lui, les inondations ne seront pas résolues si le dédoublage du collecteur bd de la Woluwe n’est pas réalisé (Il oublie qu’il faudra négocier avec la région flamande pour la connexion de sortie située à Zaventem, le bourgmestre sera-t-il un bon interlocuteur ?). Quant aux astreintes de l’aéroport, il estime que certains habitants pourraient en bénéficier ! Il demande également plus de jumelages européens (ce n’est pas dans la note, mais bon c’est une bonne idée. (Mais alors pourquoi n’en a-t-il pas fait plus pendant ces trente longues années ?). Il propose également de se soucier plus de la pauvreté dans le monde par des actions. (Quand je pense qu’en décembre 2005 un montant de 25.000 EUR avait été accordé à la Croix Rouge pour les victimes du tremblement de terre au Cachemire … et qu’il aura fallu près de 12 mois pour le transfert !). Il demande enfin à juste titre de défendre les intérêts des commerces de proximité (Ce qui n’était pas vraiment le cas lors du dernier conseil communal ! Voir http://groupecaron.skynetblogs.be/post/4192900/cc-du-12-fevrier-2007-longueur-et-tentations-)
La troisième intervention est de Bernard Ide (CAP-ECOLO) qui démarre sur le fait que même si nous sommes dans une commune à niveau de vie élevé, il n’en reste pas moins qu’il y a quand même des pauvres dont il faut s’occuper. Un observatoire de la pauvreté ne serait d’ailleurs pas superflu. Il est agréablement surpris du respect entre la publication électorale et la note. OK pour ce programme mais comment le collège compte le concrétiser ? Il attend la découverte du budget et du bilan pour se prononcer mais les attend au tournant car le cas du CPAS est interpellant, la cotisation du White Star toujours trop élevée (375 EUR/an). De même l’augmentation du nombre de places dans les crèches, oui mais chiffrages, budget, … Il constate également un manque de volonté politique dans la possibilité de créer un conseil communal des jeunes.
La quatrième intervention par Pierre Vanderwaeren (LB-IC) est une longue diatribe avec trop d’emphases et d’adjectifs grandiloquents qui n’apporte pas grand chose à la note. Si ce n’est que selon lui, elle est magnifique !
La cinquième intervention par Stefan Ector (CAP-VLD), le document proposé est bon dans l’ensemble, cela peut être soutenu, il y a néanmoins des moins bons points et des mauvais points. Concernant l’augmentation de la population, il manque la répartition et souligne que si il y a une augmentation du nombre de fonctionnaires européens et de diplomates (qui ne participent que très peu aux impôts locaux), il y a surtout une diminution de belges natifs. Où est donc la solution au niveau des impôts ? Si l’ensemble de la note est un copier coller du programme électoral, il y a quand même le point des inondations qui est un copier coller du projet CAP Woluwe. Enfin il remarque (et à juste titre) l’absence du PS à l’élaboration de cette note. Jusqu’à demander ce qu’ils font dans cette majorité ! Pour terminer, il rappelle la promesse verbale faite du Bourgmestre sur une chaîne télé concernant la reconnaissance de la bibliothèque néerlandophone ainsi que du Gemeenschapscentrum « Op Weule ».
Benoît Veldekens (LB-CDF) assure quant à lui sa future gestion rigoureuse par une réduction générale de l’impôt. (Il est de Marseille ou quoi ?)
La septième intervention par Xavier Liénart (LB-IC) reprend l’idée d’une déprivatisation ainsi qu’une réforme de la taxe sur les bureaux.
La huitième intervention par Alexandra Monteiro (CAP-PS) mais tourneuse de veste, car faisant partie de la majorité LB, en réponse à Stefan Ector, souligne l’importance de certains éléments défendus par les socialistes et tels que la note le prévoit : aller plus loin dans le code de participation des citoyens, le projet de déchetterie avec une commune voisine, les subsides et le rapprochement des citoyens EU lors d’activités à programmer.
La dernière intervention est celle de Danielle Caron (CAP-CDH) pour qui la note est incomplète sur bien des points. Elle dénonce le manque d’informations précises concernant la densité et la répartition par type de population, la qualité de la gestion actuelle, ainsi qu’aucune analyse de rapport coût/bénéfice dans des projets importants. Quant au programme EGROGOROS, il est inexistant ! (Créer un service de médiation 24 heures sur 24 pour résoudre les problèmes de voisinage). Manque de maîtrise et de suivi concernant les nouveaux PPAS annoncés du côté du Val d’Or. Concernant les inondations, c’est exactement le programme de CAP Woluwe qui est annoncé et c’est bien. Au lieu de lancer à nouveau de grands projets inutiles, pourquoi ne pas rendre la déchetterie plus accessible dans le temps, voire ouverte de manière permanente ? Dans le cadre de l’enseignement, un rapprochement entre les réseaux serait intéressant. Quant aux seniors, ils sont apparemment les grands oubliés de cette note puisque aucune promotion d’actions communautaires n’est mentionnée. La remise en cause du contrat avec City-Parking n’est pas explicitement indiquée. L’observatoire du stationnement la continuité mis en cause ? Les pistes cyclables et le réseau vélo, pas un mot ! Concernant la famille et le manque de places dans les crèches, manque la partie financement. Enfin le salon de l’emploi et la maison de l’emploi tant demandé par la Région et l’ORBEM n’est pas abordé.
Le bourgmestre Olivier Maingain (LB-FDF) reprend la parole et demande un peu de patience en expliquant que l’équipe n’est en place que depuis 3 mois. Bernard Ide (CAP-ECOLO) demande directement pourquoi car c’est la même équipe (Effectivement 5 des 8 échevins sont les mêmes !). Il continue en revenant sur le CPAS et les dates de budget mentionnées 2006 ! Vraiment un mauvais début.
Danielle Caron (CAP-CDH) relate ce qu’elle a entendu dire que l’état d’esprit est mauvais, qu’il y a manifestement un manque de concertation et notamment sur la vente d’un immeuble Av. van Goolen. De plus tous les membres ont le droit de pouvoir changer un budget à leur demande. Le budget du CPAS aura finalement capoté sur 3 petits points lors d’une suspension de séance. Malheureux.

Conclusion :
Il est déjà 23h et suite à une pause, je décide de rentrer ayant entendu la partie sur la note de politique générale. Mais avec un goût amer, car j’aurais voulu entendre les réponses du Bourgmestre sur les points demandés par l’opposition via la convocation spéciale :
1/ l'attitude autoritaire et subjective du bourgmestre
2/ le non-respect de la loi communale
3/ le manque de transparence dans l'organisation des votes, le manque d'objectivité dans les prises de parole
4/ le refus d'attribuer la parole aux conseillers de l'opposition.

André de Woot de Trixhe